Questions Evangile dimanche 25 avril 2021

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 10, 11 – 18)

En ce temps-là, Jésus disait : « Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. Le berger mercenaire n’est pas le pasteur, les brebis ne sont pas à lui : s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse. Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui. Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.

J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Nul ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. »

1. « Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger »

L’image du berger est très présente dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament ; vous parle-t-elle encore ?

Quelle est la relation du vrai berger à ses brebis ? Quelles sont les différences entre lui et le berger mercenaire ? En quoi l’image du vrai berger s’applique-t-elle au Christ ?

2. « Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur »

Que pensez-vous de la comparaison des fidèles avec un troupeau de moutons ? Quelle est la principale caractéristique des brebis selon Jésus ?

Que dit le Christ de l’amour du berger pour ses brebis ? Est-il exclusif ? Qui sont vraiment les brebis ?

La révélation de cet amour nous donne-t-elle une mission pour aujourd’hui ?

3. « Je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau »

Jusqu’où a été l’amour du Christ et de son Père pour les hommes ?

Qu’en dit-il dans cet Evangile ?

En quoi les autres textes de la liturgie d’aujourd’hui (Ac 4, 8 – 12 , Première Lecture ; Psaume 117 ; 1 Jn 3, 1 – 2 , Deuxième Lecture) vous aident-ils à approcher le mystère de cet amour infini?