Édito du 7 octobre 2018

« Tout deux ne feront plus qu’un… »

Le deuxième récit de la création dont le pivot central repose sur la création du premier couple révèle la logique divine sur l’origine du mariage. L’homme et la femme sont créés dans leur différence pour former une unique communauté d’amour. Cette unité dans la différence invite à l’ouverture et à l’accueil de l’autre pour former finalement un seul corps. Dans les traditions de la Bible, le mariage se passe entre un homme et une femme qui devront cohabiter ensemble et combattre ainsi l’individualisme, l’égoïsme et la tentative de repli sur soi afin de donner naissance à la vie communautaire où l’idée principale est la recherche du bien commun.  « À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un ». Ainsi la différence initiale donne lieu à un projet d’unité.

Selon la logique divine que nous venons de lire, les deux parties doivent chercher au fur et à mesure comment résoudre leurs problèmes sans faire recours inutiles à une troisième partie. N’est-il pas fréquent de voir ou d’écouter l’histoire des mariés qui ne dépendent que des conseils des autres et, quelquefois, des conseils erronés de ceux qui ont échoué dans leur mariage ? Ceci ne veut pas dire le couple ne doive pas écouter les conseils des autres. Ce que je souligne ici est que le couple doit savoir trouver son unité en interne en recourant à l’aide divine. Il ne peut pas dépendre seulement de l’extérieur. Sachons que même si le mariage est une institution ordonnée et voulue par Dieu, il peut passer par plusieurs difficultés. Il n’y a pas de mariage parfait. Mais tout mariage est perfectible. L’amour et l’unité reste le projet du mariage et il revient à chaque couple de le construire jour après jour.

+ Père Amal Gonsalvez