Édito du 10 février 2019

Entre Pierre et Jésus

Ce dimanche nous accompagnons Jésus sur la barque de Simon-Pierre.

Après la pêche miraculeuse, Pierre tombe aux genoux de Jésus en lui disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur ». Cette réaction peut nous sembler belle, d’une grande humilité. Mais en réalité ce qui est beau est que, quelques années plus tard, Jésus lui-même se mettra à genoux devant Pierre pour lui laver les pieds en lui disant « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi » (Jn 13, 8). Voilà la réponse de Jésus à Pierre quand celui-ci lui demanda « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur ».

Oui, nous pouvons l’affirmer avec assurance : aucun pécheur n’est trop loin pour le Dieu de Jésus-Christ. Aucune blessure, aucun péché n’est trop grand pour dépasser la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur de l’amour du Christ.

Qui sommes-nous pour dire à Jésus comment il doit nous aimer ? Qui sommes-nous pour donner à Dieu les critères de pardon qu’il devrait appliquer avec nous ? Jésus se fait lui-même proche de nous, dans nos misères et nos pauvretés. De bien de manières il s’abaisse devant nous pour nous laver par son pardon : dans les sacrements, dans les grâces qu’il nous accorde, dans le don des personnes qu’il met sur notre route, par sa présence vivante dans notre cœur .

Nous avons tous besoin d’être lavés, guéris, protégés, fortifiés, remplis de sa vie divine pour laquelle Dieu nous a tous créés. Jésus prend à cœur ce besoin qui est le nôtre et il nous comble toujours de lui-même.

Alors, comme Simon-Pierre, ne laisse pas Jésus sur le rivage. Comment feras-tu pour le laisser monter dans ta barque ?

+ Père Francisco DOLZ