Édito du 16 septembre 2018

Découvrir l’amour de Dieu

 « J’aime le Seigneur ». Telle est la déclaration d’amour qui ouvre le psaume 114 de ce dimanche. Mais lorsqu’on lit tout le texte, le psalmiste devrait plutôt dire : « le Seigneur m’aime ». En réalité, lorsqu’il dit j’aime le Seigneur, c’est parce qu’il contemple les bienfaits du Seigneur en sa faveur. Le psalmiste sort de loin. Il a traversé les obstacles, les difficultés, il a supplié le Seigneur et le Seigneur l’a exaucé. C’est pourquoi il chante les bienfaits de Dieu, il raconte ses merveilles, il découvre l’amour de Dieu pour lui. C’est tout cela qui l’amène aujourd’hui à dire : « J’aime le Seigneur ».

Le psalmiste est un homme qui est passé par de grandes épreuves : « les liens de la mort m’avaient enveloppé… j’avais rencontré la détresse et la douleur… ». Face à tout ceci, son cœur s’est tourné vers le Seigneur, Il s’est mis en prière : « j’invoquai le nom de l’Éternel ». Alors grande est sa joie de constater que le Seigneur ne l’a pas abandonné : « Il a incliné son oreille vers moi… » De cette expérience, il tire deux conclusions et deux résolutions. La première est que « notre Dieu est riche en compassion ». Oui Dieu prend pitié de nous quand nous l’invoquons. Dans toutes nos détresses, nous pouvons en toute confiance crier vers lui. La deuxième conclusion est que « l’Éternel garde les simples ». Les simples sont ceux qui font totalement confiance en Dieu et qui s’abandonnent à lui. Quant aux résolutions, la première est qu’il se tournera toujours vers le Seigneur : « je l’invoquerai durant mes jours… Retourne, mon âme en ton repos ». La deuxième qu’il se comportera désormais pour hériter de la vie de Dieu : « Je marcherai en présence du Seigneur, sur la terre des vivants ». Cette expérience du psalmiste peut aussi nous parler. Quel regard portons-nous sur notre relation avec Dieu ? Quelles conclusions en tirons-nous et quelles résolutions prenons-nous ? Seul celui qui découvre l’amour du Seigneur pour lui peut aimer le Seigneur.

Père Amal GONSALVEZ