Éditorial

Soumis par agnes.desoras le dim, 04/02/2017 - 17:00

 Dimanche 23 avril 2017

Miseri-cor-dieux

 

La miséricorde étymologiquement vient du latin. C’est un mot composé. Il comprend trois mots latins — « miserias » (misère) + « cor » (coeur) + « dare » (donner) —. Or , cela veut dire que l’on donne le cœur à ceux qui sont dans la misère. Dieu donne son cœur aux pécheurs. Le cœur est le siège de l’amour. Ainsi, le dimanche de la miséricorde nous précise que Dieu aime principalement les personnes souffrantes.

La mort de Jésus va plus loin que l’amour pour les souffrants. Il va donner son cœur non seulement aux souffrants et marginalisés mais aussi à ceux qui causent les souffrances. Son cœur est brisé à cause des victimes de la pauvreté et de l’injustice et aussi à cause des péchés qui soutiennent cette structure injuste. Ainsi, à la croix, un des soldats avec sa lance perça le cœur de Jésus ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau (Jean 19, 34). Jésus verse le sang et l’eau de son cœur pour toute misère du monde ; le sang et l’eau symboliquement représentent la vie. L’eau représente les larmes des misérables et le sang représente  la violence de l’injustice. Jésus donne sa vie (l’eau) à ceux qui pleurent leurs péchés — Il lave nos larmes en restant toujours vivant, ressuscitant et puissant — et également donne sa mort — Il verse son sang en restant toujours mourant, descendant et impuissant — pour que les personnes injustes se détournent de leurs mains sanguinaires.

La miséricorde de Dieu — le cœur brisé de Dieu — nous console parce que Dieu vient toujours vers les cœurs brisés et aussi nous oblige d’aller vers les cœurs brisés.

Bon dimanche de la miséricorde !

+ P. Selvan Charles