Éditorial

Soumis par laurence.lucas le dim, 11/19/2017 - 20:00

 Dimanche 19 novembre 2017

Une assemblée de pauvres

Père Vincent GuibertEn cette première Journée Mondiale des Pauvres voulue par le pape François, l’évangile nous donne d’entendre une affirmation paradoxale : « À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a ». Étonnant n’est-ce pas ?  Jésus promeut-il l’accroissement des inégalités sociales ?

En vérité, la parabole nous invite à voir différemment, et avec un regard plus contemplatif, le monde et chaque homme. En effet, qu’ont reçu les serviteurs de la part de Dieu ? Évidemment, ce n’est pas l’argent qui est en cause. Ce qu’ils ont reçu, ce sont des aptitudes, des talents, un patrimoine confié par Dieu à chacun.

Si les pauvres m’évangélisent c’est parce que leur abandon confiant entre les mains du Père m’aide à lâcher prise pour entrer dans la véritable louange filiale : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits » (Mt 11, 25). Le pauvre me fait reconnaître le Donateur, me sort de mes ornières pour que je porte du fruit selon le cœur de Dieu.

Celui qui a, celui qui fait confiance, recevra encore et il sera dans l’abondance. Mais celui qui n’a rien parce qu’il n’a pas accueilli le don de Dieu, celui qui a peur et reste sur de fausses images de Dieu, celui-là se fera enlever même ce qu’il a, car finalement il n’a jamais accepté de recevoir en vérité.

Aujourd’hui, soyons heureux de former une Assemblée de pauvres afin d’entendre un jour : « Très bien serviteur bon et fidèle… entre dans la joie de ton Seigneur ».

+ Père Vincent Guibert